Ne faut-il pas un être philosophe afin de bien réfléchir au sens de la politique en France? Yves Cusset le confirme avec des réflexions approfondies qui ne manquent jamais d’humour et d’impertinence. Vous sentez vous prêt à ouvrir les pages du petit manuel d’engagement politique?

Sur scène arrive un homme, assez grand qui a des airs de Joe Dassin. Même s’il porte une chemise des années 70, ne vous attendez pas à ce qu’il chante « Et si tu n’existais pas », « Les Champs Elysées » ou « Les Dalton ». Avec son sourire charmeur, il va nous parler d’un sujet très contemporain et toujours d’actualité. Et il sait ce qu’il raconte l’air de rien car cet agrégé de philosophie s’est spécialisé autour de la question politique et de l’humour. Pendant un temps, il quitte son métier de professeur pour devenir artiste afin de sensibiliser le public. Alors pourquoi ne pas écrire un spectacle engagé avec un titre très long? Faut-il précisément dire engagée car tout de suite cela veut dire de gauche? A-ton déjà entendu dire qu’un spectacle était engagé de droite? Et non, quand certains évoquent des programmes sociaux, de partage ou d’égalité, on parle encore des idées de gauche. Des gens de droite peuvent-ils avoir ce genre de propositions? Il faut dire que depuis qu’il a décidé de changer de partie politique pour ennuyer sa famille plus rien ne tourne vraiment rond pour lui.

Après quelques investigations, il ne reste plus qu’une seule possibilité pour lui : l’internement. Un lieu où enfin il retrouve un monde libre et libéral. Ouf, Karl Marx est un ancien souvenir et quel cauchemar. Lui qui voulait libérer de l’oppression le peuple, quelle idée! Heureusement, maintenant la consommation devient le modèle de l’happycratie et certains peuvent s’enrichir tranquillement. Il y a bien des gilets jaunes qui créent une brèche dans la révolution silencieuse et inerte du quotidien de chacun. Est-ce que cela va t’il aboutir à retrouver quelque peu de liberté individuelle? Est-ce que les riches se plaignent d’être de plus en plus riche? Ben non, le président le rappel qu’il faut prendre exemple sur eux surtout en restant à sa place. Il ne faudrait peut-être pas partagé de trop le gâteau des richesses. Si tous le monde était riche à quoi servirait alors les pauvres? Vous pensez que c’est absurde?

Yves Cusset ne partagerait pas cet avis. C’est pour cela qu’il bouscule le spectateur, qu’il pousse exagérément certaines idées pour inciter à réfléchir. Est-ce que ces idées sont toutes si folles? N’oubliez pas c’est un philosophe politique humoriste qui n’hésite pas à mettre les pieds dans le plat quitte à faire grincer quelques dents. Il parle également d’un sujet qui lui tient très à coeur avec les migrants et la gestion de ces nouveaux arrivants illégaux. France terre d’asile n’est qu’un vieux souvenir où le choix d’accueil se rapproche maintenant des programmes des nationalistes. D’ailleurs, il fait une conférence sur ce sujet sous le nom de « Quel sol sous les pieds de ceux qui n’ont nulle part où aller ? » et il a même écrit un essai : « Cent façons de ne pas accueillir un migrant » où il aborde la question migratoire par le biais de l’humour noir. Un humour présent tout au long du spectacle aussi bien dans des histoires abracadabrantesques qu’avec des jeux de mots. D’ailleurs, parfois il demande au public de participer à construire ces réflexions.

Par le biais du spectacle, Yves Cusset souhaite réveiller les consciences pour lutter contre l’individualisme tous ensemble. Un coup de poing d’impertinence où se mêle un cri de désespoir pour croire en une société meilleure demain. Et si nous devenions des spect-acteurs?

Tags:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *