L’économie, voilà un sujet assez complexe, bien difficile à appréhender pour plupart des gens. Alors comment porter un regard critique sur celle choisie par nos politiques ? L’économiste philosophe Frédéric Lordon aidé par six comédiens et une chanteuse lyrique va vous expliquer les dessous de l’économie business qui réglemente nos sociétés. Prêt à activer vos zygomatiques ?

Vous allez me dire : « qu’elle est le lien entre un économiste philosophe, des comédiens et une chanteuse lyrique ? ». Vous aurez raison de poser cette question. Quoi de mieux que du théâtre pour faire comprendre l’inintelligible au grand public ? Pourquoi l’économie ne pourrait pas être un sujet qui mériterait des explications ? Et pourquoi ne pourrait-il pas être abordé avec humour et chansons ?

Photo : Ultima Chamada

En effet, il faut l’avouer c’est assez peu courant pour être souligné. Mais vous ne verrez pas d’amant caché sous le lit ou dans le placard. Juste de l’argent bien planqué en banque qui saura disparaître et réapparaître quand il faut. On aura rendez-vous aussi avec des crises financières à la hauteur de grands communicants. Merci  les importantes banques. Heureusement que les états sont là car si les banques gèrent mal l’argent, l’état les renflouera sans demander de grandes compensations. Comment une société pourrait tenir debout sans les banques ? Elle ne le pourrait pas. Voilà un piège rudement bien tendu. Grâce à des escrocs, des menteurs, des manipulateurs… l’économie devient un jeu subtil que seuls quelques privilégiés peuvent comprendre totalement.

L’économiste philosophe Frédéric Lordon veut permettre à chacun d’appréhender le monde de la finance surtout suite aux dernières crises. Il propose alors une farce pétillante, rempli d’impertinence véridique et le tout en alexandrins. Toute ressemblance avec des personnes n’est pas fortuite. Luc Clémentin a choisi une mise en scène assez originale. Les six comédiens sont habillés en tenu de musiciens avec un pupitre devant eux. Voilà, nous sommes plongés au cœur d’une partition finement écrite. La chanteuse lyrique, Alexandrine Monnot joue Carla Bruni-Sarkory. Elle reste debout dans un pot avec du lierre sur elle. Quelle jolie plante verte musicale. Ensemble ils vont interagir pour nous montrer la face cachée de montages financiers. L’humour  sera présent à chaque instant comme pour mieux rire de ces personnages grossiers et des manipulations mises en place. Le dindon de la farce commence à comprendre comment il se fait déplumer et comment on lui enfonce les marrons.

Un spectacle drôle d’impertinence et d’intelligence où l’on repart souriant et plus malin. Impossible de ne pas être conquis par le talent de l’auteur qui se complète à merveille avec le metteur en scène et des artistes sur scène. Juste Bravo.

«  – Vîtes-vous autrefois dans quelque cinéma
Ce film qui s’appelait prends l’oseille et tire-toi ?
vous offrez ce spectacle mais en bien moins comique :
vous renflouer ainsi aux dépens du public vous vaudra son pesant de haines légitimes. »

Tags:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *