Et si on passait une bonne soirée pour célébrer la différence ? Mais où aller pour cela ? Quatre artistes pleins de fougue vont vous mener au 32, un cabinet de curiosité qui saura vous redonner le sourire.

Une fois que tous les spectateurs sont installés en gardant les bonnes distances, Mme Brune vient faire une petite vérification, mètre à la main. Une petite femme dynamique, avec une veste bleue à paillette et une robe cintrée. Elle parle à tout le monde mais ce n’est pas toujours facile de l’entendre avec la visière en plastique plus le masque. Le sens de distanciation sociale prend tout son sens. Mais il en faudrait plus pour affecter la bonne humeur de la directrice du théâtre qui est impatiente de voir le spectacle. Myrza Bouillons arrive avec ces acolytes très élégamment vêtus dans leurs habits blancs. La Big Bertha commence à montrer son impertinence coquine « 1m50, c’est gourmand » lance t’il à un couple de spectateurs au premier rang. Puis il se met à échanger avec le public surtout concernant ce titre énigmatique de cabinet de curiosité. « On s’en fou. Je vais rien vous dire. ». Autant laisser la surprise car pendant 1h30 ces quatre artistes vont nous tenir compagnie.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est LE-32-Crédit-Odile-Huleux-1024x684.jpg.

Cependant, il ne faut pas oublier certaines choses, « quelques règles de bienséance. On ne crie pas à poil ». Pourquoi le faire, car comme le précise M. Bouillons, Rinou Carmin et Big Bertha vont tout faire tomber. Dans un tour de chant sensible et drôle, les deux interprètes procèdent à une séance d’effeuillage burlesque avec les encouragement du public, bien entendu. Big Bertha propose plutôt un numéro draguesque, à la fois dragqueen et burlesque. Une définition qui suffit pour laisser votre imagination prendre le dessus.

N’ayez crainte de vous sentir perdu car Mme Brune veille au grain. Présente dans la salle, elle n’hésite jamais à monter sur scène pour poser des questions ou ramasser les vêtements au sol. C’est une sorte de Mme Loyal un peu folle. Ces interventions dynamisent le spectacle, en faisant des coupures loufoques et improbables. C’est un juste milieu avec les numéros de chants et d’effeuillage même dans l’univers sonore où l’on passe de la bonne musique, covers à des instants plus tranquille et absurde. Le temps ainsi s’égrène entre rire, sourire, acclamations et applaudissements. A la fois, on s’amuse et on réfléchit face à bien des comportements injustes face à la différence. On ne part pas totalement pareille du 32, ce cabinet de curiosité.

On ressort le sourire aux lèvres d’avoir passé une singulière soirée avec des artistes heureux de partager leur passion et leur grain de douce folie.

Tags:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *