Que diriez-vous de faire une plongée dans le monde des funérailles? Attention, attendez-vous à une rencontre atypique et étonnante dont vous allez vous souvenir. Vous voulez en savoir plus?

Savoir ce qui se cache derrière l’univers des funérailles, c’est ce qui intéresse Janice Szczypawka. Alors elle décide d’aller poser des questions à l’ensemble des professionnels qui travaillent dans le secteur. Elle joue son propre rôle d’intervieweuse et nous plonge au plus proche des gens. Ces personnes qui accueillent aussi bien ceux qui préparent leur enterrement de leur vivant, ceux qui viennent de perdre un proche, ceux qui s’occupe de préparer les cadavres, ceux qui entretiennent les tombes…. « Chaque décès est différent, tu ne sais jamais ce qui va arriver ». Un nombre impressionnant de gens qui prennent soin des morts et qui accompagnent les vivants dans leur peine. Des corps de métier que la plupart ne connaissent pas et qui pourtant son indispensable dans la chaîne du traitement de l’humain. Chacun a les raisons d’avoir choisi des métiers à des connotations bien négatives pourtant chacun y met de son coeur et de son humanité dans sa tâche. Les découvrir est une façon de mettre la lumière sur des zones bien sombres, inconnues du grand public.

On pourrait avoir peur d’aller à la rencontre de ces personnes car cela évoque la mort. Mais pourtant, il ne faut pas craindre le morbide, le vulgaire ou le voyeurisme. Janice Szczypawka choisit dans sa mise en scène de mettre de l’humour et des pointes de couleurs. Elle insuffle un vent rempli d’imagination dans chacune des rencontres. Pourtant tout ce fait autour d’une structure de cercueil en fer. Il est à la fois un bureau d’un centre funéraire, une table de médecin légiste ou de thanatopracteur. Les comédiens incarnent tous ces professionnels avec un sérieux et une perfection dans le jeu qui incite à rire. Car la bonne humeur et les rires n’arrêtent pas de faire entendre dans les murs du théâtre 13. Toute les scènes même les difficiles sont empreintes d’un décalage assumé. La musique jouée en live souligne les moments dramatiques comme joyeux. Les jeux de lumières donnent du rythme et facilite les transitions avec beaucoup d’élégance.

Rien n’est laissé au hasard. Chaque saynète montre une très grande précision qui donne toute la cohérence au spectacle et cela jusqu’au dernier moment. La scène finale, où on nous explique la préparation du corps avant présentation à la famille illustre parfaitement cela. Une comédienne debout, en sous-vêtement, dans la structure du cercueil joue le corps de la morte. Puis arrive un homme qui explique ce qu’il va faire tâche après tâche. Pour cela, il prend des tubes de peintures de différentes couleurs et marque le corps. Une manière ingénieuse, efficace et très compréhensible d’expliquer une étape si confidentielle et effrayante. Même les détails sont soignés tels les bouquets de fleurs rouges accrochés au plafond, symbolisant celles laissées sur les tombes qui s’illuminent selon les moments sur le plateau. Clin d’oeil élégant qui accompagne parfaitement tout ce qui se passe.

Un spectacle brillant d’ingéniosité et d’humour qui donne des lettres de noblesse aux pompes funèbres.

Vu dans le cadre du Festival Théâtre 13/Jeunes metteurs en scène

Tags:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *