Pendant trois jours, le ballet national du Kosovo a présenté Recomposed, un ballet de danse contemporaine pensé pour 20 interprètes. Une création tout en beauté et en fragilité menée avec talent avec une compagnie qui brille par sa perfection et son émotion.

L’évocation du Kosovo n’est pas sans rappeler des images de guerre qui ont déferlé sur les écrans il y a quelques années. Mais une nouvelle histoire s’écrit et ce ballet en est la preuve. La création Recomposed est signée par les chorégraphes français Christophe Béranger et Jonathan Pranlas-Descours. Elle nous parle d’un pays qui se reconstruit de ces ruines et qui essaie d’avancer. La bande son choisie se compose de musique classique qui a été revisitée par Max Richter, comme une transition entre le passé et le futur. Il crée une frontière entre tradition et modernité qui se franchit avec aisance et plaisir d’écoute.

Sur fond de papier doré, les danseurs s’emparent de la scène pour leur première en France. Ils s’imposent naturellement et leurs gestes deviennent messages. Notre regard ne peut quitter ces mouvements pleins de vie, de brutalité et de douceur. On se sent emporter vers un univers sensible. Les corps sont là, ils communiquent avec nous et ils nous font vibrer. La musique nous enveloppe et le temps s’échappe. Une magnifique chorégraphie qui ne peut laisser indemne le spectateur. Indéniablement, il va falloir suivre le travail de ce jeune ballet fondé en 1972.

Le spectacle est éblouissant de beauté. On ne peut regretter que sa durée, car on serait bien resté plus longtemps aux côtés du ballet national du Kosovo.

Tags:

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *