Le maître de la comédie de boulevard reprend vie au sein du théâtre de l’Atelier. Un couple se déchire car il faut purger bébé. Vont-ils y arriver ?

M. Follavoine attend avec impatience l’arrivée de M. Chouilloux. Un gros contrat est à la clé. Seulement voilà, rien ne va se passer comme prévu à cause de son épouse. Malgré qu’il soit 11h00, Madame est encore en tenue légère avec ces bas tombants. D’ailleurs, elle va partager son mécontentement en venant avec son sot d’eaux sales dans le cabinet de son époux. Elle a quelque chose à lui dire. Mais avant d’en arriver là, ils vont avoir des échanges des plus houleux. Pourtant tout commençait innocemment pour savoir où était les îles Zébrides ou plutôt les îles Ebrides? A ce dictionnaire, on ne trouve plus rien dedans. C’est à cause de Toto qui pose tellement de question. La réponse se trouve peut-être à la lettre H plutôt? Une question de point de vue qui va s’amplifier à toutes les discussions. Même si la fortune promet d’être là grâce à un gros contrat avec l’armée, elle refuse à devenir Mme Pot de chambre. Au plus grand désarroi de Bastien qui ne trouve aucun argument pour la convaincre. Et tout va empirer quand vient sur la table le problème principal : Toto n’a pas… ce matin. Le pauvre petit chou n’a pas déféquer et sa mère s’inquiète plus que de raison. Il faut le purger et c’est tout annonce le père. Pourquoi l’importune t’elle pour une si petite chose? Elle repart pour faire le nécessaire. Heureusement car M. Chouilloux arrive et il va falloir le convaincre. Toutefois, Toto refuse de prendre son médicament. M. Chouilloux et M. Follavoine vont-ils arriver à le convaincre?

Il y a quelque chose d’extraordinaire avec les pièces de Feydeau, elles sont intemporelles. Que cela soit au siècle dernier ou de nos jours, on rit toujours d’aussi bon coeur. Un rire franc, sincère qui raisonne dans toute la salle et qui est très communicatif. Par exemple avec cette scène improbable où M. Follavoine veut prouver que son pot de chambre en porcelaine est incassable. On le sait bien que ce n’est pas possible. Il jette le pot et il se brise. Surprise des deux hommes. Comment ne pas rigoler devant ça? On n’a beau savoir ce qui va se passer mais on rit tellement de l’incrédulité des personnages.

Cette comédie de moeurs ne met pas en valeur la femme, toujours excessive, qui fait des tonnes pour des petites choses. Est-ce que la situation de Georges Feydeau l’a influencé dans son écriture? On n’en doute peu. Il vient de se séparer de son épouse et laisse à la maison un jeune garçon assez turbulent. La source d’inspiration était bien là.

Emeline Bayart propose une mise en scène simple, efficace et très intelligemment organisée. Elle conserve le rythme qui est la clé de la comédie. Et surtout, elle intègre des chansons impertinentes présentes avant dans les vaudevilles à l’époque. Des choix de chansonnettes très bien choisis qui enchantent le public. On s’amuse de Daniel, sa femme et la tour Eiffel, de la Proserpine ou d’un heureux accident de fiacre. Emeline Bayart montre son talent aussi sur scène en incarnant le personnage phare, Mme Follavoine. Elle donne le ton, la force, l’énergie et la folie douce qui nous captive. L’impulsion du tourbillon vient de cette comédienne passionnée et passionnante. Le comique en ressort aussi par la très jolie tout en extravagance présence de Manuel Le Lièvre en M. Chouilloux surtout à l’absorption de la purge de bébé.

Vous l’aurez compris, il ne faut pas passer à côté de ce Feydeau qui vous fera rire en compagnie d’artistes brillants et investis.

Où voir le spectacle?
Théâtre de l’Atelier

1 place Charles Dullin
75018 Paris

Les dates?
Samedi 17 octobre à 15h
Dimanche 18 octobre à 15h
Jeudi 22 octobre à 18h30
Samedi 24 octobre à 15h
Dimanche 25 octobre à 15h
Jeudi 29 octobre à 18h30
Samedi 31 octobre à 15h
Dimanche 1er novembre à 15h
Jeudi 5 novembre à 18h30
Vendredi 6 novembre à 18h30
Samedi 7 novembre à 15h et à 18h30
Dimanche 8 novembre à 15h et à 18h30
Dimanche 15 novembre à 15h
Jeudi 26 novembre à 18h30
Dimanche 29 novembre à 15h

Tags:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *