Le Galactik Ensemble revient en grande forme pour proposer sa première création au Monfort. Les cinq acrobates nous emmènent au cœur de leur univers singulier. Un monde étrange qui ne peut vous laisser insensible.

Un jour, ils deviendraient clowns. Mais ils voulaient également réaliser des pitreries acrobatiques. Pas le choix, il faut devenir circassien. Mathieu Bleton, Mosi Espinoza, Jonas Julliand, Karim Messaoudi et Cyril Pernot se sont rencontrés à l’Ecole Nationale des Arts du Cirque de Rosny-sous-Bois (ENACR). Après avoir fait différentes expériences, ils se retrouvent avec une envie commune de créer un spectacle atypique en mettant en jeu le corps humain avec leur compagnie Le Galactik Ensemble. Deux ans de maturation pour leur première création « Optraken » proposant une nouvelle écriture du cirque contemporain.

Il ni a pas vraiment d’histoire dans ce spectacle. Mais un fil rouge qui se suit où l’on observe l’agilité de cinq circassiens dans un univers hostile. Vous allez me dire qu’est-ce qu’un simple plateau a d’hostile ? Il a été piégé du sol au plafond. Tout d’abord les artistes se déplacent avec trois grands panneaux mouvants servant aussi bien d’espace pour se cacher que de bouclier ou de tableaux noirs. D’ailleurs, très vite, ils écrivent la phrase «  Confronter des idées vagues avec des idées fortes ». Voilà un slogan qui prête à réfléchir que nous offre les huluberlus. Puis le rythme incessant reprend et nous emmène ici et là par des chemins assez calamiteux.

Dans les déroutes des pots de fleurs tombent du plafond, des pétards explosent, des boules de papiers s’envoient, des chaises s’enfuient, des vêtements de déchirent, des planche de placoplatre tombent, des corps glissent, des hommes s’envolent…. et le rire des enfants raisonnent. Un grand foutraque de bric et de broc s’illustre devant nos yeux médusés par ces choses plus étranges et improbables l’une que l’autre. On ne doute pas de l’exactitude de leur autre phrase « L’instant de la décision est une folie ». Bien choisir où aller peut tout changer surtout quand tout s’écroule car « Le danger est partout ». Qu’elle est leur niveau de résilience ? Une occasion de montrer la très grande dextérité, énergie et souplesse des circassiens dans une chorégraphie tirée au cordeau.

Ce n’est manifestement pas un petit grain de folie qui est passé par la tête de ces artistes hors pairs. Mais une avalanche d’idées invraisemblables qui prend le nom étonnant d’ « Optraken ». Bref, un très joyeux capharnaüm. 

Tags:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *