Le temps d’une histoire, Sébastien Barrier revêt sa tenue de conteur enchanteur. Pendant un laps de temps, il nous raconte l’histoire d’un chat singulier, Gus. Une rencontre atypique pleine de douceur, de folie et de fantaisie.

On se demande à quelle sauce le spectateur va être mangé. Ballons noirs, écran noir et un homme intriguant assis au milieu de la scène, tout en noir vêtu. L’obscurité recouvre le public. L’homme devient comédien et surtout conteur musicien. Avec confiance, il nous emmène à la rencontre d’un petit chat noir, Gus. Sa vie ne commence guère joyeusement car c’est le plus malingre de la portée. Les propriétaires décident alors de le sacrifier. Rassurez-vous, il ne va être jeté contre un mur ou jeter dans un sac lesté dans un courant d’eau. Le chaton est mis dans un sac et déposé dans une poubelle devant un cinéma d’art et d’essai. Une mort certaine l’attend. Mais voilà que dans un râlement il place tout son désespoir. Nicolas qui passe dans la rue l’entend et le sauve. Par chance, c’est l’anniversaire de sa femme. Voilà un cadeau idéal même si cet animal ne possède pas un charme exotique. Il devient le compagnon du mari même s’il n’est pas toujours très gentil et affectueux. Sa tranquillité va prendre fin à un moment avec l’arrivée d’un enfant et les révélations de son ami Wee-Wee. Les humains vont te castrer. Pas le choix, il va falloir tailler la route.

Vous pourriez croire alors que vous allez assister à une gentille petite histoire. Mais Gus n’est pas un simple chat marqué par la vie. Derrière le personnage se cache aussi un enchanteur qui partage ces blessures et une partie de sa noirceur. Pour cela, il n’hésite pas à parler directement au public en son nom. Sa passion se résume à raconter des histoires et emmener les spectateurs. Certes, il écrit pour le jeune public mais l’adulte n’est jamais laissé de côté. Il insuffle un peu de poésie avec des petites touches de couleurs avec des plumes rouges qui tombent d’un ballon qu’il vient d’exploser. Le rythme est dense et la musique contribue à nous porter dans son univers. L’enchantement fonctionne et le rires des enfants fusionnent avec celui des adultes. Quand Gus nous révèle que son nom est un acronyme, on sourit aux propositions. Pourtant il en oublie certains qu’il porterait avec élégance comme Grand Ultra-sensible Singulier ou Guide Utopiste Sentimental. Car Sébastien Barrier nous porte, nous emmène et surtout nous émerveille dans un monde légèrement sombre. Il illumine de sa passion, de sa fougue, de son énergie et du plaisir qu’il a à être présent.

En sortant de la salle, tout le monde affiche un sourire et la sensation d’avoir vécu un moment exceptionnel. C’est ce genre de spectacle qui donne les lettres de noblesse au spectacle vivant. Un jeu du chat et de la souris que vous adorerez et vous risquez d’en redemander.

Mais où voir ce spectacle?
Jusqu’au 23 février 2019 au Monfort

Tags:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *