Faire un spectacle sur la Renaissance, voilà le défi que doit relever cinq comédiens et danseurs. Et le mot « impossible » ne fait pas parti de leur vocabulaire. Alors grâce à leur complicité et leur imagination, ils vont nous faire voyager au coeur de la création d’un spectacle étonnant.

La metteure en scène Barbara Boichat travaille sur les langues et la communication. Elle a voyagé dans le monde et a confronté des langages qu’elle même ne comprenait pas. Alors faire un nouveau spectacle en mélangeant la langue des signes et la langue parlée française devient un nouveau challenge. Et rien de tel pour montrer l’effort de communication en mélangeant des gens qui initialement ne se comprennent pas dans la vraie vie. Déjà en parlant la même langue ce n’est pas facile de bien s’exprimer alors qu’est-ce que cela peut donner en confrontant mots parlés et mots signés? Le résultat ne peut être qu’être surprenant car la tolérance et la bienveillance sont de mise entre les artistes : Maggy Dupa, Bachir Saïfi, Yoann Lebroc, Thumette Lebroc et Goran Jurésic. Chacun a ces capacités et n’hésite pas à partager avec les autres. Cela se ressent sur scène. Leur amour de leur art nous emporte dans une histoire loufoque.

Ensemble, ils doivent créer un spectacle ayant pour thématique la Renaissance. C’est le moment de faire un brainstorming et de partager toutes les idées qu’ils ont sur cette époque. Une belle occasion pour mélanger les langues et montrer la richesse de chacune. Des échanges pleins de poésie, de folie et d’humour où les gestes vont devenir récit et danse. Histoire de leur vie, des rapports humains se mélangent à l’Histoire de France et ces aprioris. Rois qui couchent à droite à gauche, robes imposantes, saignées… tout y passe. Mais aussi le fait de jouer avec le mot renaissance, renaître une nouvelle fois. Ils ont trouvé un point d’accord avec une danse de salon imaginaire qu’ils réalisent avec douceur et sourire. Un musicien qui parle croate, français et langue des signes les accompagnent avec un brin d’impertinence et malice. Rien n’est laissé au hasard. Même cette référence à Joachim du Bellay avec un extrait d’un de ces poèmes magnifiquement interprété en une langue des signes dans un registre moins expansif que précédemment utilisé et plus soutenu. Un moment intime avec le spectateur qui s’intègre à merveille dans l’histoire et à la thématique. A force de se regarder, de s’écouter, ils créent quelque chose. Une forme prend naissance comme symbole d’une symbiose possible qui dépasse toutes les frontières que l’on peut s’imaginer.

Un magnifique spectacle plein de douceur, de bonne humour et de danse où l’on sort ravie et souriant.

Où voir le spectacle?
IVT
7 cité Chaptal
75009 Paris

jusqu’au 14 avril 2019
Les Jeu. 19h, Ven. 20h, Sam. 20h, Dim. 16h

Tags:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *