© Romain Étienne

Que diriez-vous d’aller faire un improbable voyage en Turakie? Vous ne connaissez pas encore cette lointaine contrée? Michel Laubu va vous servir de guide.

Michel Laubu arrive en plus milieu de la salle pour s’adresser à l’ensemble des spectateurs. « Ce n’est pas parce que notre pays n’existe pas qu’il n’est pas intéressant ». On pourrait croire que la phrase est incongrue et pourtant elle ne l’est pas vraiment. Surtout lorsqu’il précise « il y a tellement de choses qui existent et que personne ne s’y intéresse ». Des mots d’approbations se font entendre du public. Puis il poursuit son discours. « Pour rendre compte de la Turakie qui n’existe pas, on fait des fouilles ». Une histoire s’écrit à partir de la mémoire. D’ailleurs, dans les couloirs du théâtre on peut admirer des objets et des personnages étranges. Voilà des cartes postales étonnantes qui ne laissent nullement les passants indifférents. C’est une façon élégante d’introduire l’histoire car la fouille amène à des témoignages qui amène à un personnage. Pas n’importe lequel, M. Tokbar qui à la mémoire qui défaille.

© Romain Étienne

Pourquoi ne pas partir en quête de ces souvenirs? La mémoire est un sacré bazar alors on peut à découvrir des choses des plus surprenantes. Une épuisette à souvenirs, un chevalier en armure, un sous-marin, une traversée du désert… tout cela mène à la fameuse motocyclette. Cet ancien professeur d’histoire a bien des choses à raconter quand il ne les oublie pas. Et on va pas être déçu de ce voyage surtout que l’émerveillement débute aussitôt. Déjà ce vocabulaire plein de poésie avec ces mots signifiants quelques choses approches du rêve, propulser dans un abîme d’indécision, cri du chewing-gum qui se colle sous la chaussure ou ce profond sentiment d’oubli de la liste de course. Puis Michel Laubu s’efface au profit de son personnage. La scénographie est d’une très grande précision et d’une créativité époustouflante. Quand ce mur de réfrigérateurs se dévoile, c’est un jeu de porte magique qui s’ouvre et se ferme qui débute. L’enchantement ravie aussi bien les adultes que les enfants qui regardent la bouche souriante et les yeux pétillants de malice. La magie opère pendant 1h40 sans jamais s’amoindrir. Nous n’avons jamais le temps de nous ennuyer tellement que nous nous perdons sur les chemins de l’imaginaire.

Entre la présence du comédien, des manipulateurs, de M. Tokbar, de la motobylette, des chevaliers-robinets d’eau froide et d’eau chaude… et les voyages déroutants comme sur la lune, les jeux d’ombre, les vidéos…. la singulière féérie fonctionne. Cette terre insolite de surprises déroute, surprend et fait rêver. Impossible de ne pas être séduit par ce voyage en Turakie. Une seule question reste en suspens : C’est quand la prochaine aventure dans ce pays qui n’existe pas?

Où voir le spectacle?
31 janvier 2020 – ACB – Scène Nationale de Bar-le-Duc
18 et 19 février 2020 – Carré Colonnes – Scène Conventionnée d’Intérêt National « Art et création »
4 au 7 mars 2020 – Les Quinconces – L’Espal – Scène Nationale du Mans
3 avril 2020 – Scène 55 – Mougins

Tags:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *