Et oui Monsieur, vous pensez qu’être une femme est une chose facile? Que diriez-vous de regarder au-delà du spéculum?

La salle de la Manufacture des abbesses est presque complète ce soir là. Très peu d’homme ont répondu présents. Un brouhaha enthousiaste se fait entendre. Mais quand Caroline Sahuquet enfile un grand gant en caoutchouc et dit : « Madame, est-ce que vous acceptez que je vous examine ?« , un grand silence se fait entendre. Une bonne entrée en matière qui reflète assez bien le rendez-vous chez le gynécologue. Pendant 1h20, Delphine Biard, Flore Grimaud et Caroline Sahuquet vont avec fougue, passion et énergie nous plonger dans les méandres du traitement de l’intimité féminine. Suite à des enquêtes, elles partagent des témoignages aussi bien des patientes traumatisées que des professionnels maltraitants. Des récits des plus horribles se succèdent qui parlent forcément aux femmes présentes dans la salle. On a toute des choses à partager.

Elles n’évoquent pas uniquement les remarques déplacées ou les gestes brutaux des spécialistes. L’histoire s’écrit dès la Grèce Antique avec Agnodice, première femme gynécologue qui a failli mourir pour ces convictions. L’américain misogyne James Marion Sims développe le spéculum après avoir fait de nombreuses expériences sur des esclaves et sans anesthésie. Un comportement déplacé que l’on peut retrouver chez des médecins vis-à-vis d’une femme qui doit garder un long moment son enfant mort dans son ventre ou encore vers un couple homosexuel ou une femme qui refuse d’avoir des enfants. L’actualité n’est pas mise de côté avec le procès du Distilbène, médicament prescrit entre 1948 et 1977 pour lutter contre l’infertilité. Les conséquences furent bien souvent dramatiques aussi bien pour les mères que pour les futurs enfants. Une touche optimiste se fait entendre tout de même avec l’intervention de féministe comme Marie-Hélène Lahaye, Benoîte Groult et Dr Martin Winckler. Tout ne peut-être évoqué car les sujets a abordé sont trop vaste pour un seul spectacle.

Un grand merci pour l’engagement de Delphine Biard, Flore Grimaud et Caroline Sahuquet d’avoir su donner vie à la parole des femmes avec intelligence et humour.

Où voir le spectacle?
La Manufacture des abbesses
7 rue Véron
75018 Paris

Métro Abbesses ou Pigalle

Jusqu’au 4 mai, les jeudis, vendredis et samedis 19h00

Tags:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *