L’Amour a fait couler beaucoup d’encre. Et c’est toujours le cas de nos jours. Alors faut-il être surpris de découvrir sur scène « Roméo et Juliette »?

A partir de la fin du 18ème siècle, les adaptations de « Roméo et Juliette » se sont succédés sur les scènes du monde entier. Rare ceux à part la Comédie Française qui peuvent se permettre de jouer le texte dans son intégralité pour une durée de 2h45. Alors chaque compagnie s’approprie l’histoire et lui donne une nouvelle vie, une nouvelle teneur pour glorifier cet amour malheureux. La compagnie Chouchenko qui apprécie les classiques a décidé de se lancer dans ce défi de redonner à la passion ces lettres de noblesse. Elle laisse de côté l’aspect très dramatique du récit pour mettre en valeur la tendresse qui lie Roméo et Juliette. Certains personnages sont omis pour que l’on se concentre uniquement sur les principaux : les deux amoureux, le frère Laurent, Tybalt, la nourrice et Mercutio. Cela suffit largement pour nous emmener dans le tourbillon conflictuel entre les Capulet et les Montaigu.

@ Pierre Colletti

Seule l’amour peut rapprocher les deux familles mais cela ne pourra se faire que dans la mort. Avant de passer à ce moment fatidique, la metteure en scène a décidé de sublimer le coup de foudre du jeune Roméo pour la séduisante Juliette. Ainsi les tableaux où ils sont ensemble sont fréquents avec la scène de la rencontre, du balcon, du mariage, de la consommation du lien sacré… Pour mettre de la poésie dans cet élan qui connaît des contrariétés, on assiste à des moments de danse pleine de douceur et de tendresse. Lorsque Marion Montel tournoie, sa robe blanche virevolte pleine d’innocence, mise en valeur par la lumière créée par Arnaud Barré. La musique enregistrée ou jouée en live, composée par Samuel Semé souligne les moments phares qui donnent tout le sens à l’histoire. On se sent emporté dans cet engouement des comédiens investis et passionnés que son Xavier Berlioz, Jean-Baptiste des Boscs, Claire Faurot, Léo Paget et Thomas Willaime.

Un joli spectacle qui rend hommage à ces amoureux face à leur morbide destin.

Où voir ce spectacle?
Lucernaire
 
55, rue Notre-Dame-des-Champs
75006 Paris

Jusqu’au 1er juin 2019, du mardi au samedi à 20h00 et le dimanche à 17h00.



Tags:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *