Que diriez-vous le temps d’une soirée de plonger dans une bulle de merveilleux ? Le cirque Aïtal va vous faire voyager à leur côté dans un univers plein de douceur, de rire et de folie. Prêt à faire un arrêt au Monfort ?

Lorsqu’on arrive dans la salle, on se surprend de découvrir la scène recouverte de sable. Puis doucement le rideau rouge s’ouvre et une voiture fait son apparition. Au volant, on voit un homme imposant et à ces côtés une frêle demoiselle blonde. Ils se disputent. Pour montrer leur mécontentement un jeu de va et vient se créé avec les portes. Mais quelque chose de particulier se passe. Les stations radios changent quand les portent s’ouvrent et se ferment. L’ambiance un peu loufoque vient de s’imposer. Vous venez d’entrée dans le monde artistique du Cirque Aïtal. Ce nom étrange Aïtal signifie « c’est comme ça ! » en occitan. Leur imaginaire circassien trouve un délicat mélange de cirque, d’humour et de poésie. C’est comme ça et pas autrement. Leur folie est d’autant plus flagrante lorsque Victor Cathala se tient aux côtés de Kati Pikkarainen. Le géant tout en chevelure et en muscle contraste avec la finesse et la légèreté de la demoiselle. Un couple dans la vie qui souhaite parler du couple en spectacle. Quoi de plus normal de voir des scènes de désamour, de colère, de tendresse et de passion? Il n’existe pas de mode d’emploi précis pour s’écrire à deux.

@alexandregalliez

Qu’importe les situations, le sourire ne quitte jamais le spectateur. On rit de la dispute qui dégénère avec des portes qui claquent et des sièges qui bougent. On retrouve notre âme d’enfant lorsque Kati Pikkarainen saute comme dans une piscine dans les bras de son cher et tendre qui la fait tournoyer avec une facilité surprenante. On admire l’agilité des numéros de mains à mains. Tout s’enchaine avec adresse jouant de l’espace et de la petite voiture rouge qui en a sous le capot. Leurs acrobaties se réalisent aussi bien au sol que dans les airs. Vous ne saviez pas que l’on pouvait faire des portés sur un pot d’échappement? Eux, ils sont osés aller jusqu’au bout de leurs idées. Le temps avance discrètement jusqu’à cette sublime scène de fin. Le morceau revisité « Le vent nous portera » de Noir Désir accompagne avec élégance ce moment. Dans une ambiance tamisée grâce aux phares de la voiture, le duo nous emmène dans un numéro plein de tendresse, de sensualité et de passion. Impossible de ne pas se laisser emporter par la magie de l’instant.

@alexandregalliez

Pas besoin de partir de partir trop loin en voyage pour se créer des jolies souvenirs, le cirque Aïtal va vous insuffler une dose d’émerveillement.

Où voir le spectacle?
Le Monfort
106, rue Brancion
75015 Paris

jusqu’au 15 juin 2019

Tags:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *