Sortez artistes de vos cabines, mettez vos costumes, poudrez vos visages…. Montrez vos plus beaux sourires et éblouissez les spectateurs de votre talent. Maintenant, que le spectacle commence!

Lorsqu’on évoque le cabaret, vous pensez à des femmes très légèrement vêtues avec des plumes, du french cancan et des talons très hauts . Et si l’on vous dit cabaret décadent, à quoi pensez-vous? Vous hésitez un peu. Pour avoir une idée exacte de ce que cela peut-être il faut aller passer une soirée dans le cirque électrique dans le 20ème arrondissement. Les artistes donnent le meilleur d’eux-même pour que chaque spectateur puisse passer un moment inoubliable. Vous voudriez bien savoir pourquoi je peux affirmer cela? Je vais tout vous dire et il y a de grandes chances que d’ici peu vous alliez réserver des places.

Pourquoi je m’avance ainsi? Et bien, des amis sont montés sur Paris pour un week-end à la découverte de la capitale. Je voulais leur faire découvrir quelque chose qu’ils ne verront jamais chez eux. L’évidence pointe assez vite le bout de son nez. On va aller manger sous un chapiteau du cirque électrique. Dès que vous longer l’allée pour se rendre au coeur du lieu, une ambiance chaleureuse doucement vous envahit. Une charmante dame tout en rouge vous place à votre table. La fatigue de la journée s’envole d’un coup car le regard se pose partout. On regarde les bougies qui ont fondues sur les tables, les instruments de musique au-dessus du bar, la toile géante où un homme est pendu par les testicules. Puis les serveurs et serveuses sont maquillés de façon exubérante ou/et avec des costumes étonnants. Après le moment de surprise de ce lieu atypique, on se penche sur la carte pour passer commande. On va au bar et un serveur nous délivre sur la table les mets gourmands de notre choix. Un jeune homme à roulettes déboulent à toute vitesse pour déposer les assiettes. Puis un autre, tout grimé de blanc, chaussures à talon et torse apparent amène le reste de la commande. Les messieurs s’extasient devant la tablette de chocolat du monsieur. Jamais ils n’auront cela sur leur corps recouvert de poil et de masse graisseuse protectrice. Un bon éclat de rire pour les mesdames qui confirment sans détour. Ces personnes ne sont pas de simples serveurs/serveuses. Se sont les artistes qui vont pendant presque 2h00 vont dévoiler leur folie et leur talent. Ils nous proposent d’entrer dans une parenthèse enchantée underground.

Photo: Hervé PHOTOGRAFF

21h00. La lumière se tamise. Le cirque est complet. La musique se fait entendre. Monsieur Loyal punk-queer, Otomo De Manuel,  arrive fier, confiant et remonter comme une pendule. Il incarne dans son comportement l’esprit de la soirée. D’une voix grave et nuancée, il va présenter les artistes et les numéros. Entre les moments où il laisse l’espace aux artistes, il en profite pour se changer. Chaussures à talon, plus hautes et colorées les unes des autres, bas résilles, short de sport, maillot moulant, lunette de soleil, casquette…. Il sait mettre de l’extravagance dans ces tenues qui lui vont à merveille. Rien de tel qu’un homme si charismatique pour mettre en valeur ceux qui permettent de passer une soirée improbable.

Photo: Hervé PHOTOGRAFF

Pierre Pleven émerveille le public. Déjà avec son aisance sur des talons qui étonne autant les messieurs que les mesdames. Lui, il trouve cela confortable. Et quand on voit comment il déhanche son corps avec ces échasses au pied, on n’en doute pas. Le regard ne peut quitter ce corps si parfait, mis en valeur par la précision de son numéro sur la barre de pole-dance et de danse. Antoine Redon nous fait tourner en rond avec sa roue Cyr tout comme son numéro avec du feu. Amélie Kourim nous surprend dans les airs sur trapèze et sur sa marche au plafond. François Borie nous montre que les massues, chapeaux et balles de ping-pong n’ont pas de secret pour lui. Constance Bugnon n’hésite pas à se mettre à nue car elle n’a peur de rien. Mathieu Hedan illustre que son charme s’étend aussi à son équilibre et son impertinence. Guillaume Leclerc vous fera glacer le sang avec son plaisir dans la souffrance. Une invitée surprise vous dévoilera des capacités hors norme comme avaler un très grand ballon. Vous n’appréhenderez plus pareil votre fibroscopie ni la façon de planter un simple clou. Et tout cela se fait en musique et en chant en live. L’orchestre joue avec précision et enthousiasme nous guidant dans cette frénésie pleine de fantaisie, d’excès et de passion.

Photo: Hervé PHOTOGRAFF

Maintenant vous aussi vous savez où aller pour passer une soirée excentrique, drôle, barrée, déjantée, sulfureuse… Vous ressortirez ravi. L’année prochaine, vous noterez dans votre agenda d’aller voir la revue du cabaret décadent n°70.

Photo: Hervé PHOTOGRAFF

Où voir le spectacle?
Le cirque électrique
Place du marquis du Vercors
75020 Paris
Métro : Porte des Lilas

jusqu’au 30 mars 2019

Tags:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *