Que diriez-vous de faire un voyage vers la lune? Vous croyez cela impossible? Savinien de Cyrano de Bergerac va vous le prouver grâce à une aventure extraordinaire dont vous vous souviendrez.

Dans l’écriture de « Cyrano de Bergerac », Edmond Rostand s’inspire d’une personne réelle. La référence d’un homme tombant de la lune lors de la scène du mariage entre Roxanne et Christian n’est pas innocente. Savinien de Cyrano de Bergerac écrit vers 1650 « L’autre monde ou les états et empires de la lune » qui ne passe pas inaperçu. Il secoue la critique et fait polémique. Pourquoi me demandez-vous? Un indice : vous souvenez-vous ce qui est arrivé à Galilée avec ces théories? En effet, Savinien n’est pas un scientifique. Mais il ose dans une histoire fantastique dire que la terre n’est pas au centre de l’univers et qu’il ne faut pas suivre aveuglément le dogme religieux. Il n’en fallait pas plus pour limiter sa diffusion qui se faisait sous le manteau. Ce n’est qu’au XXème siècle que sa version non expurgée pu trouver des lecteurs éclairés.

En 2006, Benjamin Lazar crée sa compagnie « Le Théâtre de l’Incrédule ». Il fixe un objectif assez surprenant en voulant redonner les lettres de noblesse au répertoire du théâtre du XVIIème et les techniques anciennes de l’acteur. Quand en 2008 il s’empare du texte, c’est pour lui redonner sa noblesse. Par cela, il faut comprendre comme on aurait pu l’entendre et le voir à l’époque. Ainsi on découvre une scène illuminée par des bougies et un comédien qui nous incite à suivre un fil rouge grâce à un bougeoir avec lequel il joue. D’ailleurs, dès le début, il s’amuse avec la lumière et son ombre créant une ambiance mystérieuse et intrigante. Cette impression se poursuit avec la façon de s’exprimer très particulière. Il roule et étire certains sons et cela perturbent. On entend quelques personnes chuchoter. Puis très vite, on se plaît à cette manière de déclamer si atypique et si normal au vue du contexte créatif.

La fidélité historique est poussée jusqu’à la présence de la viole, théorbe, guitare ou luth baroque. Florence Bolton et Benjamin Perrot de l’Ensemble La Rêveuse donne à entendre la délicatesse, la douceur et l’ingéniosité du patrimoine artistique du XVIIème et XVIIIème. L’alternance entre jeu et musique donne force et dynamisme à ce texte d’1h40. Il faut de la fougue et de la conviction pour emporter le spectateur dans ce voyage incroyable sur la lune. Une épopée lunaire qui critique l’ethnocentrisme, l’égocentrisme, le pouvoir religieux… tout en prenant une autre société comme témoin. Une écriture maline, intelligente et remplie d’humour. Quand on allie le talent d’un comédien et metteur en scène passionné, un texte espiègle et des musiciens enthousiastes cela ne peut donner qu’un spectacle impressionnant et époustouflant. On se laisse guider à chaque instant au fur et à mesure des rencontres nous poussant aussi bien à rire qu’à réfléchir. Impossible de ne pas être séduit par tant de qualité et d’ingéniosité.

Laissez-vous envoûter par ce spectacle déroutant et fantasque. Vous ne verrez jamais plus la lune du même regard.

Où voir le spectacle?
Théâtre de l’Athénée – Louis Jouvet
Square de l’Opéra Louis-Jouvet
7 rue Boudreau
75009 Paris

Découvrir le texte sur Gallica

Tags:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *