Qu’avez-vous prévu ce soir ? Un petit dîner en famille devant la télévision ? « Hélas » oui ? Alors tout va bien.

Tous les jours c’est le même rituel. Kévin, le fils déroule la nappe en caoutchouc blanc sur la table. La mère arrive dans la salle à manger et demande à l’oncle de secouer l’autre nappe avant de la déposer également sur la table. « Michel, vous êtes gentil, vous pouvez secouer la nappe là-bas ? » La fille met la table en prenant les assiettes du lave-vaisselle. La père sort de la douche et précise qu’il a pris le gel de sa fille ce qui ne lui plaît guère. L’oncle, Michel, demande à son frère si son patron lui a donné un retour pour son embauche. Il répond que non et ajoute « Tous ces émigrés qui cherchent du boulot et il faut qu’on leur fasse de la place avec le sourire en plus ». Le fils annonce qu’il n’aime pas le plat et qu’il veut manger un œuf. « Je déteste le poulet ». « Je déteste les blettes ». La mère lui répond : « Et bien tu le mangeras quand même car il ni a que ça » et l’œuf est passé dans le dessert ou dans la pastèque ou dans le bonnet de bain. Allez savoir ! Le mari confirme qu’il a bien été cherché le pain et qu’il est sur le frigo. La mère annonce le plat du jour. Le père demande à son fils comment c’est passé le dernier contrôle. Puis sans un mot, ils regardent « Les chiffres et les lettres».

Soudainement débarque une ajointe à la culture sur le bord de scène tout de vert vêtue. Elle profite de l’occasion laissée pour remercier l’ensemble des partenaires qui ont participé au projet. Puis ça commence à déraper sur les partenaires et de la situation devient assez étrange. « Merci à Boris Vian auquel nous avons pris des didascalies », « Merci à Groupama pour la pertinence de leurs slogans ». A partir de là, tout va partir à la dérive. La famille reprend encore et encore la même scène avec les mêmes répliques. Sauf que l’ordre n’est plus respecté, tout comme le personnage qui parle et le ton. Des petites phrases viennent se rajouter comme des noms de marque. L’oncle subit de la violence physique de la part de son frère et de sa belle-sœur. D’ailleurs, il va en mourir. L’attachée culturelle va faire une nouvelle intervention qui sera de trop. Même en pensant en silence, elle fait trop de bruit. Résultat le père va l’étrangler et comme elle ne sera pas vraiment morte, il va la finir avec une chaussure de patinage artistique. Le rituel du repas se poursuit dans des situations de plus en plus grotesques et se répète encore et encore et encore…. Toutefois, les comédiens changent un peu de costumes comme les tee-shirts, les foulards, les collants….  pour montrer le temps qui passe.

Mais qu’est ce qui est passé par la tête de Nicole Genovese et Claude Vanessa ? L’oncle qui faisait des peintures sur carton est mort assassiné et il va se transformer en verre de terre. L’attachée culturelle se fait tuer deux fois avant de quitter le plateau avec des courses à faire. Une table est emballée avec de la nourriture dessus et un carton dessous contenant le cadavre de l’oncle, prêt à être expédié. Est-ce un clin d’œil singulier à l’œuvre de Spoerri ? Vers la fin du spectacle, deux des techniciens descendent sur le plateau pour démonter le décor pièce par pièce. Au début, les quatre personnages continuaient leur rituel. Puis ils se sont mis à les aider. Le père reste un moment debout avant que la musique classique se fasse bien entendre par tous. Après, il se rhabille et poursuit le travail des autres. Où sommes-nous ? Serions-nous tombés dans un remake du le film « Un jour sans fin » qui aurait percuté une tempête d’incongruités improbables que l’on regarde sous LSD périmé ? Une rencontre mémorable avec une famille que nous n’aimerions pas avoir. Sans oublier cette vague histoire sur les migrants expliqués via des extraits de « Plus Belle la vie », « une fabuleuse épopée sociale ».

Un vrai OTNI (Objet Théâtrale Non Identifié) comme il est très rare d’en voir. Hélas ?

Jusqu’au 8 février au théâtre de Vanves

Tags:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *