Me croyez-vous si je vous dis qu’il ni a pas d’âge pour être émerveillé? Si vous en doutez, Jamie Adkins va vous convaincre en vous guidant dans son univers. Alors laissez-vous portez dans le « Circus Incognitus ».

A peine âgé de 13 ans, Jamie Adkins reste admiratif devant des artistes de rue. Une révélation se fait à lui : quand il sera grand il sera artiste. Quelques années plus tard, son destin s’écrit dans les villes du monde où il présente son spectacle. A son arc, on trouve des compétences très riches et hétéroclites. Ainsi on ne s’étonne pas de le regarder cracher des balles de ping pong, faire voler avec grâce un chapeau ou marcher avec deux morceaux d’échelles. Ne croyez pas qu’il fait suivre ces numéros sans rien faire. Ce clown silencieux montre son talent l’air de rien. On pourrait le croire maladroit, hésitant mais là sommeil son plus grand talent. Caché sous des aspects étourdis, il maîtrise tout de A à Z, les chutes, les erreurs, les gaffes et tout cela avec aisance. On se laisse avoir par ce comportement d’autant plus qu’il reste silencieux. Un petit rire ironique se fait entendre de ces échecs impulsants les rires du public. Et ce n’est pas uniquement les enfants qui se prennent au jeu, c’est le rire de tous le monde qui raisonne.

Seul en scène, il nous guide dans ces aventures loufoques, pleine de poésie. Il jongle avec une adresse et une grande précision avec des balles qu’il n’hésite pas à envoyer derrière lui. Il se déshabille en jouant avec pantalon, bretelles et chapeau. Les petits éléments se suivent avec justesse et brio jusqu’à ce final étonnant. Il installe lui même sa corde à grand renfort d’une échelle qui se détruit sous ces pieds. Et quand enfin il est sur son fils souple, son travail de funambule étonne. Un agrès assez peu pratiquer par rapport à sa difficulté. Jamie Adkins joue avec cela avec une assurance déconcertante en se laissant glisser sur le fil ou sautiller. Son travail au cirque du Soleil et au cirque Eloize lui ont permis de développer un art total. Il se donne corps et âme avec souplesse et agilité dans son art. Son visage grimace, son corps tressaute, bondit. Quand il demande au public de lui jeter des oranges sur sa fourchette, il n’hésite pas à tout faire pour les rattraper, même se jeter au sol. Le plaisir d’être là, petits et grands, français et étranger se ressent. L’artiste nous enchante autant qu’il nous émerveille. Chapeau Monsieur.

Réservez votre soirée pour mettre des éclats de paillettes dans vos yeux et retrouver votre âme d’enfant.

Où voir le spectacle?
Théâtre de l’Atelier
1 place Charles Dullin
75018 Paris

Jusqu’au 9 août 2019

Tags:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *