Le monde court à sa perte. Vous ne le croyez pas ? Des artistes activistes vont vous dresser un portrait de ce qui vous attend. Prêt à vous lancer dans l’aventure humaine ?

En 2007, Héloïse Desfarges se lance dans le spectacle vivant en créant sa compagnie, La débordante Compagnie. Elle souhaite mettre en avant, la danse, ce qui l’anime, au cœur de questions importantes comme l’économie. La chorégraphie devient un élément indispensable à chacune de ces créations. Elle veut insuffler du mouvement, pour faire bouger aussi bien les gens que les idées. Pour son spectacle, « Ce qui m’est dû », Antoine Raimondi, ancien circassien s’allie à elle dans ce projet. Lui aussi est très préoccupé par la société et crée une conférence gesticulée. Un acte citoyen qui sera repris d’ailleurs dans le spectacle de façon assez comique, avec sa posture sérieuse debout sur un siège.

Au début, ce spectacle ils étaient juste deux. Puis suite à une proposition, ils sont venus à l’IVT et ont intégré un troisième compagnon de voyage, Olivier Calcada. Le spectacle s’ouvre maintenant aux sourds grâce à ce comédien qui parle en langue des signes. Ce trio occupe l’espace et nous interroge grâce à un malin jeu de chaises. Le théâtre permet aussi de poser des questions, de donner des informations, de parler d’alternative politique… « 49.90. C’est le prix que j’ai payé ma paire de chaussures. Elles sont faîtes avec du plastique, donc du pétrole, et du coton. Mais du coton produit où ? Cultivé par qui ? Transporté comment ?  Avec quel pétrole ? Extrait où ? Grâce à quel arrangement diplomatique ? » Certes ils ne donnent pas des réponses à tout, le spectacle ne dure qu’1h00. Mais il pousse à la désobéissance civile, à vivre autrement dans la mesure de ces moyens et de ces convictions.

Le temps passe vite et on prend plaisir à les regarder donner toute leur énergie sur scène. Antoine Raimondi jette des regards plein d’admiration à Héloïse Desfarges. On sent une réelle complicité entre ces deux artistes qui doivent être amis dans la vie. Olivier Calcada illumine le spectacle de son sourire, heureux d’être là et de partager. Il n’oublie pas non plus une petite dose d’impertinence en langue des signes, que même les entendants comprendront. Une équipe qui se complète à merveille, qui brille par leur investissement dans ce spectacle et qui sont courageux de montrer que théâtre rime aussi avec conviction.

Que vous soyez ou non un militant écologique, je vous invite à aller voir se spectacle. Vous allez en ressortir avec l’envie de discuter et de débattre avec votre voisin. Et avoir envie d’échanger avec des inconnus, c’est une belle énergie à conserver pour changer le monde de demain, au moins un petit peu.

Tags:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *