Et si vous choisissiez d’aller voir un spectacle singulier qui va vous donner des étincelles d’émerveillement à votre regard ? Et si vous décidiez d’aller vous laisser surprendre par un voyage poétique au cœur de l’imaginaire ?  

Dans la famille Chaplin Thierrée vous avez la mère, Victoria Chaplin Thierrée et le père Jean-Baptiste Thierrée qui ont donné naissance à deux enfants. Nous avons d’un côté Aurélia Thierrée et de l’autre James Thierrée qui ont tous deux hérité de la folie douce de leurs parents. Chacun possède plusieurs cordes à son arc : circassien, poète, comédien, manipulateur, enchanteur… Tous savent créer des univers incroyables qui arrivent à prendre par la main l’âme d’enfant de chaque spectateur. Je me souviens encore de l’enchantement que m’a procuré le spectacle « Le cirque Invisible » avec Victoria et Jean-Baptiste Thierrée et l’éblouissement avec « Raoul » de James Thierrée. Les attentes étaient très importantes pour voir « Bells and Spells », un travail entre Victoria et Aurélia Thierrée.

© Richard Haughton

Tous les ingrédients étaient réunis pour passer une belle soirée pleine de fantaisie. Tout débute avec un jeu de chaises musicales dans une salle d’attente où l’on peut voir aussi bien les manipulateurs que les artistes. Puis une femme à l’apparence âgée se retrouve seule et d’un seul coup la chrysalide s’ouvre. Un papillon vient de déployer ces ailes et de son élégance va apparaître une étonnante femme à l’air lunaire. Une sublime robe l’habille et lui donne une apparence enchanteresse. C’est le début du voyage vers un ailleurs improbable. Le mur s’ouvre et un passage mystérieux s’éveille. Que peut-il se cacher derrière ?

© Richard Haughton

Une charmante jeune femme dans un décor art déco rencontre un homme charmant. Mais elle ne peut résister à l’attraction de certains objets. D’un geste, elle les prend et ils l’emmènent faire des voyages dans le temps et l’espace. Ainsi dans un tourniquet, elle disparaît. D’un simple mouvement sa robe prend vie. D’un clignement d’œil, elle s’envole au-dessus de draps. D’un simple changement d’orientation, une veste devient animale. La réalité se trouble et les corps s’expriment avec légèreté et fougue. Aurélia Thierrée aidé de Jaime Martinez bougent leurs corps aussi bien dans des danses effrénées qu’avec lenteur pour sublimer la magie. Tous les tableaux montrent l’étendue de leur capacité à créer quelque chose d’unique, de particulier et de mystique. Leur imaginaire fait appel à l’imaginaire de tous ceux présents dans la salle. Tous s’approprient un petit bout de quelque chose.

© Lucie Jansch.

Mais voilà, la déception est au rendez-vous. Le souci lorsqu’on attend l’excellence et le merveilleux à la fois, on devient exigeant. Alors les ficelles apparentes qui font tourner les portes manteaux ou glisser les meubles, la robe cachée dans la veste qui dépasse et que l’on voit, la marque de l’escalier mobile dans le drap pour donner l’impression de voler… gâchent la féerie. Quand on voit tous les trucs, l’émotion de l’émerveillement s’enfuit. La magie devient concrète. J’avais envie et j’avais besoin de croire que ces artistes allaient mettre de la couleur pleine d’espoir dans le monde. Pendant la représentation, mon monde leur appartenait complètement. On ne peut qu’applaudir la richesse de la proposition et la perfection dans la réalisation. Indéniablement se sont de grands artistes talentueux. Mais cette fois, je ne suis pas devenue une enfant qui veut rêver, je suis restée une adulte en quête de merveilleux et qui n’en a pas trouvé.

© Lucie Jansch.

« Bells and Spells » se construit de l’étoffe des rêves. Mais parfois au réveil, on aurait aimé voyager plus loin et plus haut.

Où voir le spectacle?
Théâtre de l’Atelier
1 place Charles Dullin
75018 Paris

jusqu’au 12 mai 2019
Du mardi au samedi à 21h00 et dimanche à 15h00

Tags:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *