Que diriez-vous de prendre un aller simple pour la France sous la période de Vichy ? Un cas de conscience va se poser à vous. Que feriez-vous si en aviez la possibilité pour aider un juif ? Vous l’aideriez au péril de votre vie ou vous le dénonceriez pour sauver votre peau ?

Jean-Philippe Daguerre propose une histoire singulière remplie d’émotions vives et intenses qui ne peut ne laisser personne insensible. Son récit se déroule à Paris, en juillet 1942 pendant l’occupation allemande. La rafle du Vel d’Hiv vient d’avoir lieue. Les persécutions des juifs réalisées aussi bien par les soldats allemands que français, trouve grâce également auprès d’une grande partie de la population française. Les dénonciations sont fortement incitées. Toutes personnes protégeant des juifs risquent de très gros problèmes. Joseph Haffmann se rend bien compte qu’il ne pourra plus garder sa bijouterie. Il décide de la céder pendant la durée de la guerre à son employé, Pierre Vigneau, non juif. En contrepartie, lui reste cacher sur place en attendant des jours meilleurs. Sa famille est en sécurité en Suisse. L’employée accepte l’offre de son patron à la condition qu’il accepte de faire un enfant à sa femme. Lui est stérile mais voudrait tout de même avoir une famille. La proposition sidère M. Haffmann tout comme le public d’ailleurs qui s’esclaffe de stupeur.

Le rythme de vie dans l’habitation prend à force des habitudes. M. Haffmann vit cacher dans la cave. Il ne sort que pour le repas en soirée. De temps en temps, il s’offre une partie de galipette afin d’offrir sa semence comme trésor. Les tensions se font doucement ressentir. Surtout depuis que la boutique fonctionne très bien grâce à l’achat de création par des nazis, surtout par Otto Abetz, ambassadeur du Reich en France. Une contradiction qu’apprécie jouer l’ouvrier : servir les allemands et héberger un juif. La trame se met en place et tout trouve l’harmonie parfaite. Et quand on risque de tomber dans l’ennui, c’est là que le génie de l’écriture apparaît. Renversement de situation et de cadence. Un repas bien étrange casse la monotonie qui s’installe doucement.

Evelyne DESAUX-DUMOND

L’incongruité de l’évènement permet de mettre de l’humour et de sourire au drame. La justesse du ton des 5 comédiens nous emporte dans les singuliers échanges . Des êtres écorchés tentent de survivre dans un contexte de chaos. Une occasion d’évoquer la propagande par les médias, les collaborateurs français bien trop nombreux qui pour beaucoup se sont transformés en résistants de la dernière minutes ou encore l’affaire Rosenberg avec la spoliation des œuvres d’art.

Evelyne Desaux

On ne peut pas s’étonner que le spectacle a été récompensé 4 fois l’année dernière par des Molière : théâtre privée, auteur, meilleur second rôle masculin et révélation féminine. La juste du texte avec des dialogues intelligents, des doubles sens, la construction avec des noirs pour passer d’un lieu à l’autre, d’un espace-temps à un autre, la musique discrète… tout cela accompagne avec élégance nos émotions si vives. Cela contribue à donner une histoire très cohérente et vraisemblable. Certains se posent même la question en quittant la salle si c’est une histoire vraie.Les nuances pour montrer l’Homme dans ces contradictions et la complexité tombe juste. La question se pose dans notre esprit : « Et nous qu’aurions-nous fait ? ».

On ressort de la salle un peu chamboulé et heureux d’avoir assister à un beau moment de théâtre.

Dans la même veine, je vous recommande « Les crapauds fous« , nominé au Molière 2019, récit basé sur une histoire vraie.

Où voir le spectacle?
Théâtre de la Rive Gauche
6 rue de la Gaité
75014 Paris

Tags:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *