L’amour peut-il naître dans un train d’un seul regard ? Cassiopée et Rémi peuvent répondre par l’affirmatif. Mais leur caractère si différent va-t-il leur permettre de construire un couple solide ?

Bienvenu dans le train en direction de Toulouse en première classe. Cassiopée arrive, chargée de trois valises, dans le wagon. Elle prend ces aises en occupant trois places dont deux pour ces bagages. Elle ne va pas être toute seule longtemps. Rémi la rejoint. D’un regard, un lien se créer entre eux. Mais comment entrer en communication pour apprendre à se connaître ? Par chance, le contrôleur annonce environ 2h de retard. Un bon prétexte pour discuter. Toutefois, les sous-entendus de l’un ne sont pas forcément bien compris par l’autre. Est-ce un signe ? En tout cas, ils vont discuter un moment avant de s’endormir. Puis voilà que les deux se réveillent à Toulouse. Cassiopée devait descendre à une station. Ils ne vont pas avoir  de passer du temps ensemble. Très vite, ils emménagent. Leur bonheur va doucement s’assombrir d’un souci de communication. Cassiopée va essayer toutes les méthodes pour échanger ce qui va conduire à leur séparation. Ouf, ce n’était qu’un rêve. Elle se réveille et elle est toujours dans le train. Alors une autre histoire peut s’écrire ? C’est décidé, bien communiquer va se faire dès le début ainsi ils pourront être heureux plus longtemps ou pas.

Les rencontres amoureuses dans le train sont des sujets qui inspirent beaucoup les auteurs que cela soit pour les romans ou soit pour les pièces de théâtre. Eric Boucher ne déroge pas à la règle et propose un « Coup de foudre au wagon bar ». Même si le coup de foudre ne se déroule pas vraiment au wagon bar. Il sera au cœur de l’histoire et pourtant nous ne le verrons jamais. Mais pourquoi me direz-vous ? L’auteur a ingénieusement joué sur le fait que l’histoire nous est racontée à travers un songe et que la décision d’aller boire un verre peut tout changer. Dans le rêve, les deux personnages principaux suite à leur rencontre dans le train vont vivre ensemble. Tout allait bien jusqu’au jour où Cassiopée souhaite plus de discussion. Alors vient l’évocation des jeux de rôles via une application créée par un psy pour échanger. Bien entendu cela ne fonctionne pas et la rupture devient inévitable. Lorsqu’elle se réveille, elle souhaite une autre destinée et va prendre les choses en main. Les exercices de couple et la mauvaise foi des deux personnages amènent à rire. J’aurais apprécié plus de subtilité dans les blagues que l’on a déjà entendues. Mais les rires se font entendre ce qui marque leur efficacité. Le choix du prénom Cassiopée n’est sûrement pas un hasard. La déesse reste assimilée à un être prétentieux comme cette femme qui croit savoir comment communiquer et comment être heureux. Est-ce que cette deuxième chance qui est offerte sera plus épanouissante ? L’auteur laisse le choix au spectateur qui choisira selon son humeur du jour.  

Une comédie romantique simple et efficace qui vous aéra l’esprit pendant une heure.

Théâtre Montmartre Gallabru
4 rue de l’Armée d’Orient
75018 Paris

Tags:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *