Le mois d’août est un mois assez tranquille sur Paris. C’est aussi la période où presque tous les théâtres ferment. Certains restent ouverts et proposent alors des spectacles légers. Il faut que dire que ce sont ceux-là que raffolent le plus les parisiens car c’est le genre le plus répandus à voir. Sauf que l’été c’est plus difficile si l’on ne veut pas en voir. Alors puisque j’évite d’en voir le reste de l’année pourquoi ne pas en voir pendant les vacances d’été ? Peut-être que j’ai une mauvaise idée sur le genre après tout. Puisque j’aime bien me remettre en question. Direction le théâtre de Dix heures pour découvrir « Je t’aime à l’italienne ».


C’est quoi l’histoire ?
L’affiche donne déjà un gros indice sur l’histoire. Un homme blond chemise ouverte et chaîne autour du cou qui brille. Non, il ne danse pas le Mia. Lui, c’est le cliché de l’italien. Puis la jeune femme avec qui il partage sa spaghetti, est l’algérienne. Entre les deux, un personnage qui court avec une cuillère qui s’apprête à couper la pâte. Sur le titre, a été rayé algérienne pour italienne. Donc le souci va être la différence de culture. Voilà la base est posée.

En gros, l’histoire c’est Marco, italien et catholique, sort depuis deux ans avec Aïcha qui est algérienne et musulmane. Ils s’aiment et veulent se marier. Le problème est qu’Aïcha est la sœur jumelle de Farid, son meilleur ami. Il ne lui a jamais dit qu’il sortait avec sa sœur alors il appréhende sa réaction face à la nouvelle. Sans grande surprise, Farid le prend mal car il voulait un homme meilleur pour sa sœur. Pas un coureur de jupons même si c’est son meilleur ami. Après quelques querelles, Rachel arrive à l’appartement. Marco doit se faire passez pour Aziz son serviteur. Là, il va découvrir une histoire étonnante. Farid se fait passé pour Eli qui serait de confession juive. La supercherie va être découverte et des disputes vont éclater. Rassurez-vous tout est bien qui finit bien.


Ce que j’en ai pensé ?
Je ne m’attendais à pas grand-chose en venant voir ce spectacle cela évite toujours des déceptions par la suite. Il y a une originalité quand même dans la pièce qui est le fait de vouloir de faire de l’humour sur la différence de religions. Alors sans surprise, on va avoir les clichés et des blagues déjà (trop) entendus mais c’est le genre qui oblige. En plus des blagues, on va avoir aussi le droit à des accents et des expressions propre à l’image des religions. Si vous ne savez pas de quoi je parle, regardez 10 min de « La vérité si je mens ».

Il faut alors parler de tolérance puisqu’ici on parle d’amour. Donc on le droit à des discours de bons sentiments bien mielleux. C’est un peu facile mais cela reste dans le ton de la pièce. Le seul moment où j’ai ri c’est lorsque dans ces moments, il devait y avoir une musique, style séquence émotion et que le régisseur oubliait de lancer la musique et que le comédien lui faisait signe pour qu’il lance la musique. Est-ce fait exprès comme les oublis volontaires des Chevaliers du fiel ? C’était pour moi le moment plus drôle et le seul où j’ai ri.

L’histoire était au début bien structuré puis vers le milieu on sent le remplissage. Que vient faire cette séquence de playback avec changement de lumières ? Qu’est-ce que cela apporte ? Pour moi, manifestement rien cependant quelques spectateurs rigolaient. Puis des scènes trainent en longueur pour proposer des situations cocasses. J’avais l’impression que l’auteur ne savait pas comment terminer son histoire et il a brodé pour faire de la quantité. C’est bien dommage car il tenait le bon bout. Il y a aussi quelque contre sens sur le mec fidèle à une femme depuis 2 ans car il est amoureux mais est toujours à dégainer son service trois pièces devant une demoiselle. 

Heureusement l’énergie des comédiens donne du volume à l’histoire. Ils se prennent au jeu de leur personnage et l’investissent à 200%. Le rythme est assez soutenu alors il faut qu’ils donnent tout ce qu’ils ont pour nous faire croire à cette histoire. Un grand bravo à Marie Bouvet, Jean-Marie Damel et Mehdi Maramé pour leur prestation dynamique et enjouée.

Le tout donne quelque chose de sympathique pour une soirée entre potes pour se vider la tête.

Tags:

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *