redim_proportionnel_photo-1Le théâtre du Rond-Point propose un spectacle un peu décalé pour un public un peu cultivé. En effet, le lac des cygnes qui affiche de façon clair la thématique de l’homosexualité, cela n’allait pas plaire à tous le monde, surtout vu les temps qui court.

Alors direction la grande salle du théâtre, la salle Renaud-Barrault pour découvrir la dernière création de la très prometteuse chorégraphe d’Afrique du Sud, Dada Masilo. Présentée à la Biennale de la danse de Lyon en 2012, le spectacle tourne dans le monde pour proposer la relecture de ce classique de la danse.

redim_proportionnel_photo

Sur scène, une douzaine de danseurs et de danseuses africains mêlent joyeusement danse classique, danse contemporaine et danses africaines. Tchaïkovski côtoie les percussions zoulous en fond sonore, tutus portés aussi bien par les femmes que par les hommes, les pointes fréquentent les grands gestes saccadés; les genres se mélangent de façon très homogène pour nous parler de mariage forcé et d’homophobie.

Le beau et gentil signe doit épouser un homme qu’elle n’aime pas et qui lui aime un autre homme. Difficile de lutter contre les préjugés, les tabous, la haine et des rites ancestraux totalement en inéquation avec l’évolution de gens, des sociétés et des envies de liberté et d’égalité. Tout en musique, le conflit s’explique sans mot juste avec des sons et des gestes.

J’avoue que l’idée m’a beaucoup séduite avec la réécriture d’un classique en cassant les codes. Mais la déception arrive vite, peut-être d’ailleurs. Malgré le confort du siège, la fabuleuse mise en scène et mise en lumière, la qualité artistique n’est pas au rendez-vous. Les danseurs ne sont jamais en harmonie et n’arrive jamais à faire la même chose au même moment. Quand on regarde le lac des cygnes, l’original, tous est parfais, clair et net. Pas une danseuse ne s’est trompés de pied à lever ou ne s’est trompés de sens pour sortir de la scène. Et cette grande incertitude artistique qui n’est pas prévu initialement m’a énormément déçue pour des professionnels. Que ce soit des amateurs plus, j’aurais dit que c’était bien mais là ce n’était pas le cas.

Par chance, le spectacle ne durait qu’1h15. Les gens se sont levés et applaudis avec vigueur, mais qu’applaudissent-ils vraiment?  L’idée ou la réalisation? Car les échos verbaux en sortant étaient moins dithyrambiques que cette expression de satisfaction commune. Malgré l’idée de revisiter, je crois que je vais garder en mémoire l’original, tellement parfait.

Tags:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *