redim_proportionnel_photo-1

Le Théâtre du Rond-Point accueille un spectacle qui est l’adaptation d’un roman italien d’Alessandro Baricco, Novecento. Ce texte, petit par la taille et grand par l’émotion que procure sa lecture a charmé André Dussolier, qui a décidé de participer à la réecriture du texte pour qu’il puisse être joué au théâtre.

Le spectacle débute par cette phrase : La dernière fois que j’ai vu Novecento, il était sur un bateau dont il n’est jamais descendu. Et à partir de ce moment, la magie du texte, la beauté du décor et la sublime interprétation d’André Dussolier entre en action. Nous est alors raconté l’histoire d’un nourrisson découvert dans une caisse en bois né vers 1900 et qui passera toute sa vie sur un transatlantique, le Virginian entre les cales et la salle de bal. Son pays, l’océan. Son refuge, la musique. Car ce jeune garçon possède un don rare. Il joue magnifiquement du piano tout en inventant la musique. C’est son ami, un trompettiste qui a eu de la chance de savoir jouer du jazz qui nous raconte l’histoire de Novecento, joué par André Dussolier.

novecento-bonlieu-21-2

Accompagné de musiciens sur scène, dans un décors simple et très mobile, l’histoire fantastique de ce pianiste hors du commun nous est raconté avec fougue et passion. La voie magique de ce comédien hors pair qui n’a plus rien à prouver, envoute immédiatement. Certains moments sont surprenant. Comme l’instant où Novecento décide de descendre du bateau pour voir la mer du côté de la terre. Et même lorsqu’on connaît l’histoire, on reste tout ouïes ouvertes lorsqu’il descend la première marche, puis la seconde, il s’arrête… Et là, le silence dans la salle. Personne n’ose tousser ou se moucher. On n’attends émerveillé de savoir ce qu’il va se passer. Un moment de connivence rare entre tout le public et la scène. Autre moment sublime de silence, un des plus grand pianiste du monde vient confronter son talent à Novecento. Chaque musicien s’affronte au piano, mais personne ne joue et pourtant chacun entend la musique dans sa tête. Et lorsque André Dussolier, joue l’enchantement, tous le public partage ce moment qui n’existe que de mots. Incroyablement sublime.

redim_proportionnel_photo

 

André Dussolier, court, vole, danse, chante, joue de la musique… Il dégage une énergie incroyable qui donne à cette histoire une dimension touchante et mélancolique. Laissez-vous surprendre par une histoire sublime d’un homme ordinaire avec un talent extraordinaire.

Lien vers le théâtre

Théâtre du Rond-Point du 11 décembre au 10 janvier, sauf lundi, dimanche à 18h30.
Durée: 1h30.

Ce qu’en dit la presse
Francetvinfo Dussollier mène son bateau à bon port
L’énergie du comédien nous fait vivre tous les personnages qui peuplent ce bateau, avec fougue, légèreté et humour. Avec une poésie légère, André Dussollier nous embarque pour une croisière dans le monde intrigant du pianiste-phénomène « Novecento ».
Franck Giroud 4 nov. 2014

Le Figaro et vous André Dussollier, danse avec « Novecento »
Un spectacle soigné. On est heureux de retrouver André Dussollier sur une scène. Il est un très grand interprète, fin, profond et qui donne beaucoup au public. On est embarqué et l’on peut prédire à André Dussollier des années de traversée avec son précieux bagage de poésie et d’intelligence. Un grand moment de théâtre qui s’adresse à tous.
Armelle Héliot 17 nov. 2014

Télérama André Dussollier fait swinguer le Rond-Point
C’est en musique qu’André Dussollier a choisi de mettre en scène et d’interpréter cette fable joyeuse et mystique à la fois. Avec un peps qu’on ne lui soupçonnait pas, il incarne tambour battant, entre élégance naturelle et extraversion, le trompettiste ami et témoin de Novecento. Dussollier se révèle un impressionnant M. Loyal.
Fabienne Pascaud 22 nov. 2014

Les Echos Novecento
Le comédien swingue avec les mots, les musiciens swinguent avec les notes. Les spectateurs flottent, ivres de vers libres et de musique vagabonde. Il leur est difficile de retrouver la terre ferme à la fin du voyage…
Philippe Chevilley 24 nov. 2014

Le Quotidien du Médecin Une version très dansante
Un bijou à partager entre amis ou en famille. Chacun ici sera séduit. André Dussollier s’engage de toutes ses fibres sensibles et intellectuelles pour nous offrir cette grande et déchirante histoire qu’il met lui-même en scène. Un très beau et grand moment de théâtre, avec en plus de l’excellente musique.
Armelle Héliot 1 déc. 2014

Dossier de presse

Lire mon avis sur le roman

Tags:

3 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *