6770917-10350386-682x1024

Eric-Emmanuel Schmitt passionné de théâtre, a décidé de rentre hommage dans son théâtre de la Rive Gauche à Feydeau avec une pièce qu’il a nommé Georges et Georges. Tout en respectant les codes du vaudeville, l’auteur nous plonge dans une comédie à la rencontre de Georges Feydeau et son double.

C’est sans grande surprise que dans le casting guest du spectacle on retrouve Davy Sardou qui jouait avant déjà avec Francis Huster, qui est actuellement à l’affiche dans le même théâtre dans Le joueur d’échec. Il joue le rôle de Georges Feydeau dans les deux réalités temporaires. Accompagné d’Alexandre Brasseur, également fils de, qui interprète le docteur Galopin, magnétothérapeute  qui a créé une machine à l’origine de la création des deux Georges, d’où le titre. Eric-Emmanuel Schmitt nous propose une histoire improbable avec des très nombreux quiproquos… Il a voulu remettre un petit peu au goût du jour le vaudeville en s’inspirant de la vie de Feydeau.

images-51

En 1916, après 27 ans de mariage, il décida de divorcer de sa femme, Marie-Anne Carolus Duran. Sujet légèrement abordé dans le spectacle car Georges commence a terriblement s’ennuyer de sa femme et va voir d’autres femmes. Après sa séparation, il va vivre pendant une dizaine d’années dans une chambre d’hôtel avant de finir dans une maison de santé où il mourra des suites de la syphilis à l’âge de 58 ans. Cette douce folie s’annonce avec le rythme effréné de la pièce avec les portes qui s’ouvrent et qui se ferment jusqu’à cette fin, facile et surprenante à la fois où l’on voit ce Georges dans un hôpital psychiatrique.

images-21-1

Le mise en scène dynamique de Steve Suissa avec des décors pratiques et intelligent avec leur côté réversible et de très jolies costumes, nous plonge directement dans l’univers de pièces comme Le Dindon ou On purge bébé. Les quêtes improbables de certains comme le docteur qui ne fantasme que sur les femmes ayant un grain de beauté dans le coup à gauche ou la reine de Batavia qui veut apprendre à rire pour vivre plus longtemps contribuent à ce petit grain de folie qui apporte la loufoquerie nécessaire pour le rire.

images-12

La prestation des comédiens est très homogène, même si mon coup de cœur va pour l’ambassadrice de Batavia (Véronique Boulanger) qui joue avec bonheur un personnage totalement déluré à l’accent délicieux que l’on prend souvent pour la bonne et ce pseudo écrivain (Thierry Lopez) de tragédie qui rêve d’avoir le même succès que Feydeau et en profite pour se faire passer pour ce dernier. Toutefois, malgré le comique de situation et les codes du boulevard respectées, il reste une certaine lourdeur qui rend le spectacle plutôt oubliable surtout lorsqu’on voit certaine adaptation comme L’affaire de la rue Lourcine d’Eugène Labiche avec la mise en scène de Yann Dacosta. Aucun éclat de rire à l’horizon juste quelques sourires. Dommage que tout soit trop facile et prévisible à part une fin qui m’a laissé sur elle-même.

GEORGES-ET-GEORGES-ThÇÉtre-Rive-Gauche-Paris14äme-crÇdit-F.-RAPPENEAU-036-HD-mention-copyright

Alors si vous aimez le vaudeville, je vous invite à vous rendre au théâtre de la Rive Gauche. Une belle œuvre hommage au style crée par Feydeau et à sa vie dans un divertissement sympathique sans prétention.

Plus d’informations sur le site du théâtre.

Tags:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *