5965_e5839fb1c37d21e74877e07b06185241_sDepuis très longtemps, le nom de Candide sonnait à mon oreille mais jamais la curiosité ne m’a piqué pour le lire. Lorsque je vais que la Comédie Française proposait le spectacle, j’ai pris cela pour un appel du pied. Comme c’était complet au Studio Théâtre, alors je me suis dirigée vers le TOP où il reste juste une place pour moi.

Comment être mieux servi par une pièce que par la Comédie Française et ces comédiens de talents. On ne peut pas mais avec une mise en scène particulière et un choix du texte cela peut provoquer la déception. Voilà, la complication débute avec le texte. Candide n’est pas une pièce de théâtre, même si Voltaire en a écrit beaucoup. Il est plutôt considéré comme un conte philosophique. Le metteur en scène Emmanuel Daumas prend alors le partie de faire raconter des moment de la vie de Candide qui serait présent sur le plateau, par des personnages sans renfort de décors ou d’accessoires. L’histoire racontée n’est pas à prendre au premier degré. Voltaire écrivait en direction de la bourgeoisie et l’obscurantisme religieux n’est pas très loin. La critique est espiègle et pernicieuse.

Malgré une volonté de décalage entre le texte et la mise en scène et le fabuleux jeux d’acteur, je me suis ennuyée et d’ailleurs je crois avoir fermé les yeux un moment. Les voyages dans le monde de Candide et les aventures de la malheureuse Cunégonde m’ont laissé perplexe. Bien entendu, j’ai ri lorsque Laurent Lafitte se met à faire l’accent espagnol ou que la charmante Julie Sicard se transforme en allumeuse ou dévore goulûment une éclair au chocolat.

Une certitude en tout cas, Candide va encore dormir un bon moment sur mon étagère de bibliothèque et si par hasard ce spectacle se rejoue, je vais passer mon chemin.

Ce qu’en dit la presse
Figaroscope – Armelle Heliot : Une version sophistiquée et paradoxale, très bien interprétée. 
Le Parisien – Jean-Loup Gautreau : Le metteur en scène réussit sur la petite scène du studio-Théâtre, avec une grande économie de moyens -un seul décor, quand Candide fait le tour du monde!- à restituer cette « œuvre espiègle et pernicieuse » selon lui. (…). Le pari est fort réussi et c’est avec gourmandise qu’on guette au terme de 1H15 le fameux « Il faut cultiver notre jardin ». 

Lien vers le théâtre      

Tags:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *